Prochaine rencontre "médecins - malades" envisagée à ROUSSAY : 9 juin 2018

Rencontres 2015 à ROUSSAY (49) : Compte-rendu (dont enregistrements audio)
Elles sont une mine d'informations, consultez l'historique : Cliquez ici

 
Etude scientifique sur la prise en charge de la douleur (cf. rencontres à ROUSSAY en 2012 et 2015) : Cliquez ici
Résumé chronologique sur la recherche : Cliquez ici
Lettre de 2015 : Cliquez ici

LETTRE DE SEPTEMBRE 2007

SEPTEMBRE 2007

-----------------------------------------------------------------------------

 

Par Ordre chronologique,

Eurosource ( partenaire dans le recyclage de cartouches usagées, récoltées au profit de l’APCH)° février mars 2007 : 172,70 euros, merci à toutes les personnes participantes.
Eurosource met à votre disposition des enveloppes de collectes pré affranchies pour petits envois. Au format de 150X220mm, elles peuvent contenir entre 5 et 8 cartouches jets d’encres, ou 3 téléphones portables, et sont à votre disposition auprès d’Eurosource ou de l’APCH.

Le Soutien de la recherche génétique, suit son cours.
Nous nous sommes engagés, dans le dossier PICRI, à élaborer et distribuer une plaquette « grand public » sur l’intérêt de la génétique dans le progrès de la connaissance et la prise en charge thérapeutique des maladies .Cette plaquette est en cours de réalisation.

Sécurité sociale : Nous avons à nouveau sollicité notre parrain, le Député André Santini, qui est à nouveau intervenu auprès du Ministre de la Santé, Monsieur Philippe Bas. Celui-ci nous informe avoir transmis notre demande à Monsieur Dominique Libault, Directeur de la Sécurité Sociale, afin qu’il procède à un examen particulier de ce dossier.

Nous avons, le 13 mai, participé à une brocante à Issy les Moulineaux, brocante écourtée par une mini tornade qui s’est chargée de nous vider le stand ! 180 euros récoltés au profit de l’APCH.

Inscription de l’APCH sur, Congrès Relation, une société d'éditions médicales qui publie des répertoires médicaux depuis plus de dix ans.
Les médecins disposent de peu d'informations sur les services que peuvent rendre les associations à leurs patients. C'est pour cela que Congrès Relation a décidé de donner la parole aux associations, au travers d’un « Répertoire des noms et des associations de patients en gastro-entérologie » L’APCH a été sélectionnée comme association agissant dans la sphère de la gastro-entérologie.

En tant que président de la SNFGE, Société Nationale Française de Gastrœntérologie, le Pr Philippe Ruszniewski, a été impliqué dans l'organisation du prochain Congrès Européen à Paris, en octobre. Dans ce contexte, il va y avoir un "marathon" dont les bénéfices (inscriptions...) seront versés à une association de patients.
Interrogé sur les associations françaises en Gastro. Pr Philippe Ruszniewski a mentionné, entre autres, l'APCH , qui a été choisie.(octobre 2007).

Le Pr Olivier Goulet nous informe d’une étude pédiatrique dans le cadre du groupe francophone de gastroentérologie pédiatrique. Le leader du projet est le Dr Hughes Piloquet.

Vous avez été nombreux à participer aux formations de l'Inserm en 2006 (158 personnes pour 134 associations) et tout aussi nombreux à souhaiter disposer des documents de formation pour vos besoins internes. C'est chose faite !
Trois nouveaux dossiers viennent d'être mis en ligne sur la plate-forme Inserm-Associations à l'adresse www.associations.inserm.fr
Il s'agit des dossiers de formation 2006
- La veille scientifique : l'utilisation de PubMed
- L'information biomédicale en Français sur le Web
- Fichiers, bases de données
L’INSERM a créé des liens actifs pour faciliter la consultation des sites d'information;

Le site upsa, propose une approche cognitivo-comportementale des patients douloureux chroniques
« La prise en charge des patients douloureux chroniques nécessite une évaluation globale selon le modèle bio-psycho-social qui intègre les composantes médicales, fonctionnelles, émotionnelles et socio-professionnelles des patients » explique le Docteur Françoise Laroche (Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, Hôpital Saint-Antoine (Paris) et Coordination Médical du Réseau Lutter Contre la Douleur), auteur du dossier de la quatrième édition de la publication « La Douleur, des recommandations à la pratique » dédié à « Cognitions, croyances, émotions, comportements et douleur chronique : approche cognitivo-comportementale ».
Pour accéder à la quatrième édition de « La Douleur, des recommandations à la pratique », www.institut-upsa-douleur.org/ladouleur

A noter : L’Université Pierre et Marie Curie propose, d’octobre 2007 à mai 2008, dans le cadre de la formation permanente, un DU « Thérapie cognitive et comportementale de la douleur chronique » afin de former, de façon interactive, les professionnels de santé confrontés à la prise en charge de la douleur chronique. Plus d’informations, www.institut-upsa-douleur.org/laroche

Congé de Soutien familial : Le décret d’application relatif à ce soutien est paru au JO du 20 avril 2007- Ce décret offre la possibilité de prendre un congé de soutien familial pour assister un malade ( sous certaines conditions ) Plus de détails sur : www.alliance-maladies-rares.org

Recherche génétique,INSERM PICRI APCH :
Le Dr Arnaud Boulling de l’équipe du Pr. Claude Ferec avance dans ses travaux,…étude des mutants en amont du gène ; qui jouent sur le niveau d’expression de la PCH. 2 publications et abstract lors du dernier congrès de Nice.

Le Soutien de la recherche génétique , le Dr Arnaud Boulling, , INSERM U613 Génétique moléculaire et génétique épidémiologique nous en parle :

ANALYSE FONCTIONNELLE DE VARIANTS DU GENE SPINK1 IMPLIQUES DANS LES PANCREATITES HEREDITAIRES

Depuis maintenant plusieurs années, il est démontré que les variations observées sur le gène SPINK1 codant le peptide PSTI (Pancreatic Secretory Trypsin Inhibitor) sont associées avec les pancréatites chroniques héréditaires. Ces altérations sont connues pour entraîner une baisse de l’activité ou de l’expression de PSTI. Nous avons récemment déterminé les conséquences fonctionnelles de trois variants situés sur le peptide signal (p.L12F, p.L14P, p.L14R), ainsi que celles de sept variants situés sur le peptide mature de PSTI (p.N34S, p.G48E, p.D50E, p.Y54H, p.P55S, p.R65Q, p.R67C). Les effets des différents variants ont été caractérisés par des western blot réalisés sur le type sauvage et les variants de PSTI, exprimés dans les cellules CHO. L’expression de ces variants a également été évaluée en mesurant leur niveau de transcription par RT-PCR. Les altérations du peptide signal p.L14P et p.L14R entraînent une dégradation intracellulaire rapide de PSTI, empêchant ainsi sa sécrétion, tandis que p.L12F ne présente pas d’effet délétère. Les effets provoqués par les différents variants situés sur le peptide mature permettent de les classer en trois catégories. La première catégorie comprend les polymorphismes p.N34S et p.P55S, qui impliquent une conservation des propriétés physico-chimiques des acides aminés, et n’entraînent pas de réduction de l’expression de PSTI. La deuxième catégorie contient uniquement la mutation faux-sens p.R65Q, substituant un acide aminé chargé positivement par un acide aminé neutre, et causant une réduction d’environ 60% de l’expression de la protéine. La dernière catégorie regroupent les mutants p.G48E, p.D50E, p.Y54H et p.R67C, impliquant des changements de charge des acides aminés et causant une inhibition complète ou presque complète de la sécrétion de PSTI. Les quantités d’ARNm mesurées pour le type sauvage et les mutants sont similaires, ce qui exclut la possibilité que les variations d’expression observées résultent d’une réduction de la transcription ou d’une baisse de la stabilité de l’ARNm. A la lumière de ces observations, il semble donc que ces mutations faux-sens entraînent une baisse de sécrétion de PSTI en perturbant les mécanismes de transports cellulaires de ce peptide.

Travail de thèse financé par la région île de France, dans le cadre du projet PICRI en partenariat avec L’INSERM et l’Association des Pancréatites Chroniques Héréditaires.

Bases génétiques des pancréatites héréditaires

Pour améliorer la compréhension des phénomènes impliqués dans les pancréatites héréditaires, nous avons cherché à comprendre le fonctionnement des anomalies génétiques provoquant cette maladie. Ce travail a porté sur le gène SPINK1, l’un des deux responsables de la pancréatite héréditaire. Il existe 10 anomalies possibles pour ce gène, dont une que nous avons récemment identifiée.

Pour analyser ces anomalies génétiques, nous avons utilisé des cultures de cellules in vitro, et procédé de la manière suivante :

1) A partir d’un peu d’ADN, nous avons reconstruit le gène malade pour pouvoir l’étudier.

2) Nous avons ensuite comparé le fonctionnement du gène sain et du gène malade :

Ainsi, cette étude a permis de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans les pancréatites chroniques héréditaires, en réalisant une analyse fonctionnelle des anomalies génétiques recensées sur le gène SPINK1.

Un tel travail a pour but non seulement de faire progresser les connaissances fondamentales portant sur cette maladie, mais également de permettre un diagnostic plus efficace des malades atteints de pancréatites chroniques héréditaires.

Ce travail a été présenté à un congrès international en génétique humaine :Boulling A., Le Maréchal C., Trouvé P., Raguénès O., Chen J-M. and Férec C. Functional analysis of pancreatitis-associated missense mutations in the pancreatic secretory trypsin inhibitor (SPINK1) gene. (2007). European Society of Human Genetics Conference. 16 – 19 juin, Nice (France).

L’objectif de notre recherche au sein de l’Unité Inserm U613 est de comprendre les mécanismes et tout particulièrement les mécanismes génétiques qui peuvent conduire à l’apparition d’une pancréatite chronique.
Il existe quelques très rares familles où la maladie pancréatique se transmet sur un mode héréditaire et notre travail dans ce domaine a débuté il y a 12 ans par la localisation du gène responsable de cette affection, le Trypsinogène cationique situé sur le chromosome 7.
Notre recherche est aujourd’hui centrée, non seulement sur l’étude de ce gène (PRSS1) qui code pour la plus importante des enzymes du pancréas, mais également sur son inhibiteur (SPINK1) et sur les autres gènes qui interviennent dans la survenue des pancréatites. A l’intérieur de la cellule pancréatique, sont synthétisées ces enzymes appelées protéases qui vont permettre la digestion des aliments dans le duodénum. Lorsque les enzymes pancréatiques sont synthétisées en excès dans le pancréas, cet excès peut conduire à la destruction des cellules pancréatiques et à l’apparition de crises de pancréatites aigues qui peuvent évoluer vers la chronicité.

Nos travaux consistent à comprendre et à élucider les différents mécanismes qui peuvent rompre un délicat équilibre qui existe dans les cellules du pancréas, et à identifier les mécanismes génétiques qui peuvent détruire cet équilibre.

Dans ce contexte, nous avons identifié de nombreuses mutations au niveau de ces gènes et de cette région du génome. La compréhension des ces mécanismes doit nous conduire à diagnostiquer plus précocement la maladie, à mieux la prévenir et demain à traiter efficacement les pancréatites chroniques en particulier celles d’origine génétique.

Dr Arnaud BOULLING INSERM U613
Génétique moléculaire et génétique épidémiologique

 

Le Dr Vinciane Rebours et le Dr François Dyard ont obtenus la parution d’un papier sur PCH et cancer dans American Journal of Gastroenterology.

Prochaine réunion de patients prévue le 7 juin 2008 à Angers. Merci, bien que la date soit lointaine, de nous faire part de vos intentions de participation à cette réunion (recherche de salle adaptée au nombre de participants)


A votre écoute

Cordialement

Nadine Meslet
Présidente de l’APCH